carnet de voyage publié le 6 juin 2019

le marais de la rivière aux cerises
de la crème solaire & le ciel grand ouvert.

Il faisait très chaud ce jour-là. L'été, enfin, comme il se plait à arriver à Montréal, une diva, entrée fracassante après l'hiver incessant et besoin de reconnaissance, tout de suite, trente degrés. Les bras dénudés, les pantalons raccourcis, allégés, il faisait chaud ce jour-là. (...)

lire la suite

histoire publiée le 1er juin 2020

crayons de couleur
de retour

enfin, de retour, je ne sais pas, je n'en sais vraiment rien. J'ai voulu prendre le temps de refabriquer les parenthèses de bout en bout. Repartir de zéro, non pas au niveau des textes, je les aime bien, je crois, ces textes, mais je voulais avoir des fondations solides pour l'enveloppe, c'est à dire jque je voulais mettre à la poubelle tout ce qui avait un rapport avec Wordpress, que je hais (...)

lire la suite

histoire publiée le 20 septembre 2019

paysage enneigé
deux mille dix huit, dix neuf

Alors voilà, déjà six petits jours que deux mille dix-huit a (presque) doucement refermé ses pages. Il n’y avait pas vraiment de mots pour définir deux mille dix huit – rien ne rime avec ça, c’est désespérant, alors cela laissait la porte ouverte à tout, trois cent soixante cinq jours de page blanche sans aucune attente. Et c’est vrai, je n’attendais rien de précis de deux mille dix huit, je crois que (...)

lire la suite

histoire publiée le 09 décembre 2018

le wagon montréal
cent quatre vingt huit

1er octobre, 8h30.Autour de la grande table en bois, pas très loin des croissants et des chocolatines de bienvenue, on se j(a)uge, café fumant devant nous. Il est encore tôt et on nous a bien dit de ne pas arriver en retard, à 8h30, on ferme les portes, tant pis pour vous. Alors on est tous là, les 22 petits nouveaux, batch 188, session d'automne du Wagon Montréal. (...)

lire la suite

histoire publiée le 12 octobre 2019

montréal sous la neige
cinq ans

À 11h35 ça a fait 5 ans. Vol Air Transat TS500-quelque-chose, mon excellente mémoire pour les choses inutiles me fait défaut pour une fois, mais j’étais au hublot ; de ça, je me souviens. J’avais failli pas vraiment pouvoir partir - mon passeport n’avait pas la même adresse que je ne sais plus trop quel autre papier et à ce moment là, comme je n’étais plus certaine de vouloir réellement partir, j’avais (...)

lire la suite

histoire publiée le 26 août 2018

coucher de soleil
bribes.

Je n’aurais pas pensé que parler de ce mois entre parenthèses aurait été si compliqué. Je n’aurais pas forcément pensé que j’allais remettre en question ce besoin d’écrire sur tout et sur n’importe quoi. Je pensais que les mots allaient glisser plus facilement, mais force est de constater que lorsque tout va bien, les mots restent bloqués. (...)

lire la suite

récit de voyage publié le 7 juillet 2018

des avions, des bus et puis des trains.

Des avions, des trains, des voitures, des bus, des escales, des retards, des douanes, des frontières, des cafés sur les aires d'autoroute, des gares un peu vides, des aéroports un peu bondés, des plages désertes et puis parfois, un peu moins désertes. Du sable brûlant, de l'eau glacée, du sable humide, des pavés parisiens, des trottoirs londoniens, des autoroutes espagnoles, des parkings tourangeaux. Des heures de voyage, des heures d'attentes, des retrouvailles, (...)

lire la suite

© 2020 - les parenthèses

tout le contenu m'appartient, merci de ne rien voler.

design, developpement et ponctuation par cdlbisou (c'est moi)