carnet de voyage publié le 6 juin 2019

le marais de la rivière aux cerises
de la crème solaire & le ciel grand ouvert.

Il faisait très chaud ce jour-là. L'été, enfin, comme il se plait à arriver à Montréal, une diva, entrée fracassante après l'hiver incessant et besoin de reconnaissance, tout de suite, trente degrés. Les bras dénudés, les pantalons raccourcis, allégés, il faisait chaud ce jour-là. (...)

lire la suite

histoire publiée le 1er juin 2020

crayons de couleur
de retour

enfin, de retour, je ne sais pas, je n'en sais vraiment rien. J'ai voulu prendre le temps de refabriquer les parenthèses de bout en bout. Repartir de zéro, non pas au niveau des textes, je les aime bien, je crois, ces textes, mais je voulais avoir des fondations solides pour l'enveloppe, c'est à dire jque je voulais mettre à la poubelle tout ce qui avait un rapport avec Wordpress, que je hais (...)

lire la suite

histoire publiée le 20 septembre 2019

paysage enneigé
deux mille dix huit, dix neuf

Alors voilà, déjà six petits jours que deux mille dix-huit a (presque) doucement refermé ses pages. Il n’y avait pas vraiment de mots pour définir deux mille dix huit – rien ne rime avec ça, c’est désespérant, alors cela laissait la porte ouverte à tout, trois cent soixante cinq jours de page blanche sans aucune attente. Et c’est vrai, je n’attendais rien de précis de deux mille dix huit, je crois que (...)

lire la suite

histoire publiée le 09 décembre 2018

le wagon montréal
cent quatre vingt huit

1er octobre, 8h30.Autour de la grande table en bois, pas très loin des croissants et des chocolatines de bienvenue, on se j(a)uge, café fumant devant nous. Il est encore tôt et on nous a bien dit de ne pas arriver en retard, à 8h30, on ferme les portes, tant pis pour vous. Alors on est tous là, les 22 petits nouveaux, batch 188, session d'automne du Wagon Montréal. (...)

lire la suite
lire plus d'articles

à propos.

je m’appelle camille, j’ai trente et quelques années et mon acceptation de cet âge est environ égal à mon dégoût des betteraves – à égalité avec mon incompréhension face aux personnes qui aiment les Pim’s à l’orange.

dans la vie, je suis principalement développeuse front-end chez Décathlon et directrice artistique en free-lance, mais je fais plein d'autrs petits trucs en plus ; ce qui me permet de faire de longs monologues lorsqu’on me demande mon travail (ce qui ne me plait pas forcément parce que je n’aime pas beaucoup parler de moi, même si ce à propos laisse à penser le contraire).

j’habite à Montréal depuis quelques années et pour l’instant, j’aime suffisamment la neige pour avoir envie d’y rester, et comme on parle de Montréal, j’en profite pour vous dire que la ville souterraine dont parlent les guides touristiques n’existe pas.

je suis extrêmement intolérante envers les erreurs typographiques, mais comme je suis tout aussi pleine de contradictions, je n’aime pas beaucoup les majuscules et je m’en passe un peu trop souvent.

© 2020 - les parenthèses

tout le contenu m'appartient, merci de ne rien voler.

design, developpement et ponctuation par cdlbisou (c'est moi)